mardi 23
12:00

Prostitution : Légifération ? Prohibition ? Abolition ?

mardi 23 octobre 2018 à 12h

Prostitution : Légifération ? Prohibition ? Abolition ?

Entre la tendance abolitionniste inspirée par la Suède qui a mis en œuvre une loi de pénalisation des clients de la prostitution, suivie par la France, et les modèles allemands et hollandais plus pragmatiques et économiques, quelle approche adopter face à la prostitution ? Comme d'aucuns le disent, faut-il sortir de l'idéologie pour la réglementer, ou s'en saisir pour la prohiber, voire l'abolir ? Mais de quelles prostitutions parlons-nous ? Et quels sont les enjeux de l'abolition ? Et au fait, dans ce débat qui parle pour qui ?

Pour en discuter, nous serons rejoints par :

Sonia Verstappen
Vice-Présidente D'UTSOPI (Union des Travailleu(r)ses du sexe organisé.e.s Pour l'Indépendance). UTSOPI est collectif qui existe depuis le 15 Décembre 2015 réunissant des travailleuses et travailleurs du sexe en Belgique, auto-organisé, pour plus d'enpowerment et d'autonomie

Julien Uyttendaele
Député au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale (PS)

Fabian Drianne
Travailleur social à l'Espace P.
L'Espace P est une association qui existe depuis 30 ans et qui soutient, accompagne et défend les travailleurs du sexe : femmes, hommes et transgenres

Le matin du mardi 5 juin 2018, à Schaerbeek, Eunice, jeune travailleuse du sexe sans papiers d'origine nigériane perd la vie, retrouvée poignardée dans la nuit devant la vitrine qu'elle occupait. Une grève des travailleu(r)ses du sexe est décrétée, accompagnée d'une marche silencieuse le jour. Tandis que la violence et la précarisation vécues par les travailleu(r)ses du sexe est toujours plus grande, la place de la prostitution dans nos villes demeure une question polémique et l'objet d'un débat qui divise notre société. La Belgique entretient un rapport ambigu à la prostitution qu'elle tolère tout en poursuivant le racolage et le proxénétisme. La prostitution existe sans avoir d'existence légale. Des représentant.e.s des travailleu(r)euses du sexe réclament un statut et une reconnaissance légale qui les éloigneraient de la clandestinité, les protégeraient de la violence. Certaines politiques communales sur le territoire de la Région bruxelloise vont dans un sens radicalement inverse et mènent vis-à-vis de l'activité prostitutionnelle des politiques de plus en plus dures. Ailleurs, comme à Charleroi ou à Liège, les lieux de prostitution historiques ont été fermés sans qu'aucune alternative ne soit proposée. A Seraing, la commune développe le projet Eros center concentrant et organisant la prostitution sur son territoire. Entre la tendance abolitionniste inspirée par la Suède qui a mis en œuvre une loi de pénalisation des clients de la prostitution, suivie par la France, et les modèles allemands et hollandais plus pragmatiques et économiques, quelle approche adopter face à la prostitution ? Comme d'aucuns le disent, faut-il sortir de l'idéologie pour la réglementer, ou s'en saisir pour la prohiber, voire l'abolir ? Mais de quelles prostitutions parlons-nous ? Et quels sont les enjeux de l'abolition ? Et au fait, dans ce débat qui parle pour qui ?

Date: mardi 23 octobre de 12h à 14h
Lieu : Présence et Action Culturelles - Rue Lambert Crickx 5 - 1070 Bruxelles
Infos/inscription : concetexta.amella@paexc-g.be ou tel : 02 545 77 68

// nombre de places limité, possibilité de sandwich sur demande

Source : http://www.pac-g.be/index.php/item/763-mardi-…
Source : message reçu le 11 octobre 10h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir