vendredi 14 avril 2017 à 20h

[conférence gesticulée]

Un pauvre c'est comme un compte en banque, ça se gère

vendredi 14 avril 2017 / 20:00

Le Collectif des gesticulants belges et le Garcia Lorca vous proposent :

Un pauvre c'est comme un compte en banque, ça se gère
une conférence gesticulées animée par Thierry Barez (directeur du CEDAS)

Un bruxellois sur trois est pauvre. Cette conférence gesticulée abordera un des concepts-clés dans l'imaginaire libéral pour encadrer la précarité et la reproduire : la méritocratie.

J'ai jamais été un mauvais, j'ai jamais été un bon, j'ai toujours été un homme moyen.
Le pire avec le moyen c'est qu'il pense qu'il a ce qu'il mérite. Que les sommets sont atteints par ceux qui le veulent vraiment. Un moyen ça va à l'usine ou ailleurs, du moment qu'il ne fasse pas trop de bruit, enfin, on l'espère !
En dessous du moyen, il y a le précarisé, le chômeur, le pauvre. Le problème avec le pauvre, c'est qu'il coûte de l'argent à l'Etat, au moyen. C'est pour ça qu'il faut le contrôler, l'activer, et surtout le surveiller. Parce que du travail il y en a, il suffit de le trouver, enfin, c'est ce qu'on dit !

Evidemment, un pauvre, un précarisé, une petite gens ça se gère ! C'est même un des principes d'une société capitaliste. Mais pour ça il va falloir les empêcher de tourner en rond (sic), il faudra les diviser, les angoisser, sans oublier de les reproduire à l'école.
Dans mes révoltes, mes interrogations, dans le rôle que je prends ou que je ne veux plus prendre, cette conférence vous emmène dans les coulisses de ces stratégies de domination diablement efficaces.

Le vendredi 14 avril à 20h00 au Garcia Lorca
rue des Foulons 47-49 - 1000 Bruxelles

Ouverture des portes à 19h30
Entrée : 4 euros

http://www.garcialorca.be
0484 06 99 46
info@gexarcialorca.bexe

Mots-clés économie répression / contrôle social réflexion / analyse

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir