vendredi 2 juin 2017 à 16h

Allume ton bédot, c'est pour la lutte

Chaque premier vendredi du mois, retrouvez-nous au Mont des Arts près de la statue (Bruxelles) afin qu'on s'allume tou.te.s ensemble un petit bédot à 16h20 tapantes. À chaque bédot allumé, c'est un chaton opprimé pour sa consommation en moins.

Alors qu'il s'agit d'une plante extrêmement utile sur de nombreux aspects, le cannabis a été interdit pour des raisons racistes, morales et politiques, afin de discriminer une certaine frange de la population. La justification pseudo-sanitaire donnée par les États est non seulement fausse, mais également hypocrite: pétrole, tabac, alcool, médicaments, pesticides et autres produits en tous genres tuent chaque année à grand nombre, et sont bien plus nocifs que notre chanvre et ses amis les champignons.

La criminalisation qui est faite de ces psychotropes et des psychédéliques est non seulement injuste mais relève d'une ignorance crasse, en se basant sur une approche qui n'a JAMAIS fonctionné: la prohibition. Combien de vies détruites et de personnes victimes d'abus policiers pour un simple petit joint? Combien d'argent investi dans la lutte anti-drogue alors qu'il aurait pu aller dans de l'aide et de la solidarité? Quelle criminalité s'est développée à cause de la prohibition? Quelle quantité de matériel et d'argent -- souvent durement acquis -- nous ont volés par l'État et la police au nom de cette prohibition?

Si le mouvement pour la dépénalisation du cannabis s'élargit partout autour du monde, il nous faut faire attention que le gouvernement actuel composé d'un grand nombre de fascistes a décrété vouloir nous opprimer encore plus.

Ce que cela nous montre, c'est que les institutions sont incapables de prendre des décisions cohérentes et dans l'intérêt des humains qu'elles prétendent servir. Si l'on peut être tenté.e de dire que c'est une question d'ignorance, le caractère répétitif de leurs actes -- alors qu'elles ont tous les moyens de connaissances sur le sujet -- montre qu'il s'agit bel et bien d'un acte de guerre envers la population. La seule action acceptable de l'État est d'arrêter son ingérence et de développer une politique positive envers celleux qu'il prétend représenter.

Nous ne pouvons faire confiance à l'État et au capitalisme pour construire une société saine et libre, et de ce fait, nous ne pouvons nous contenter d'une solution qui amènerait ceux-ci à étendre leur emprise sur nos vie. Prenons pour exemple les contraintes administratives et économiques posées par le système à toute personne qui désire démarrer sa propre affaire; celles-ci des difficultés parfois très importantes pour certain.e.s d'entre nous. Ainsi mettre en avant le fait que cela pourrait amener des recettes fiscales importantes pour l'État est à double tranchant et doit être utilisé avec modération. C'est pour cela qu'il nous semble plus intéressant de réduire dès maintenant le rôle de l'État à son minimum, et de déclarer haut et fort que c'est parce que nous avons le droit d'être libres et autonomes qu'il doit prendre ses dispositions pour que cela soit réalisable sainement.

Les psychotropes et psychédéliques ont un potentiel qui va bien au delà du cadre "récréatif" dont parlent les institutions: thérapeutique et médicinal, stimulant et motivateur, anti-dépresseur, de prise de confiance, de la création de moments de partage et bien d'autres choses encore. Du cannabis nous savons qu'il a également de nombreux usages qui s'inscrivent dans un respect environnemental important et pluri-millénaire: tissus, papiers, plastique biodégradable, cuisine, aide aux maladies nerveuses et aux cancers, isolation thermique, etc. L'usage des produits psychédéliques et de médecines traditionnelles comme l'Ayahuasca ont prouvé être bien plus efficaces dans le traitement de drogues dures comme l'héroïne, de même que pour aider les gens à sortir de la dépression, de la criminalité ou encore pour changer de vie et s'épanouir. Combien de revendeuses-eurs survivent grâce à ces produits dans un contexte social et économique où une fois de plus l'État joue contre la population?

L'être humain consomme des psychotropes et psychédéliques depuis plus de 10.000 ans, de même que l'on retrouve de nombreux cas de ces usages dans le monde animal, et lorsque des institutions impérialistes veulent contrôler nos vies sous prétexte qu'elles seraient soit-disant "démocratiques", il est de notre droit de dénoncer leurs actes fallacieux et mensongers, et de ne pas se courber sous leurs injonctions.

Refusons-donc leur le droit de décider pour nous de notre consommation en psychotropes et psychédéliques, et déclamons haut et fort que nous restons les personnes les plus à-mêmes pour faire nos choix. Venez vous poser au Mont des Arts avec tous vos amis, le premier vendredi de chaque mois, allumer votre bédot, vapo et autres pour enfummer la ville.

-- Collectif AK47

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir